Talk by Khenpo Sodargye: women in Tibetan Buddhism

Khenpo Sodargye
(Académie des cinq sciences du bouddhisme de Larung, Serthar, Tibet oriental)

La situation des femmes dans le bouddhisme tibétain

(Conférence traduite du tibétain en français)

Mercredi 7 octobre, 14-16h
Collège de France, Salle Lévi-Strauss
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris

Khenpo Sodargye, 2012 (by Tashitso, CC-BY-SA-3.0)

Khenpo Sodargye, 2012 (by Tashitso, CC-BY-SA-3.0)

Khenpo Sodargye est un des principaux héritiers de Khenpo Jikphun (1933-2004), maître tibétain charismatique, fondateur de l’académie d’études bouddhiques de Larung Gar, à Serthar, dans la région Golok du Tibet oriental. Larung Gar est devenu une des plus grandes institutions bouddhiques tibétaines actuelles, avec des milliers de moines, de nonnes et de disciples laïcs.
Érudit et traducteur prolifique du tibétain vers le chinois, Khenpo Sodargye effectue actuellement une tournée de grandes universités et autres institutions d’études supérieures en Europe. Le sujet de la conférence est particulièrement d’actualité, au vu de l’impressionnant essor actuel du monachisme féminin, en particulier dans les régions du Tibet oriental, essor démographique qui s’accompagne d’un développement des cursus d’étude désormais accessibles aux femmes dans le bouddhisme tibétain.

Conférence organisée en partenariat par le Centre d’études himalayennes (CNRS) et l’Institut d’études tibétaines (Collège de France), avec le soutien de l’INALCO et de l’EPHE. Pour toute question contacter Nicolas Sihlé (nsihle@vjf.cnrs.fr).


Nicolas Sihlé

Nicolas Sihlé, a sociocultural anthropologist, is researcher at the Center for Himalayan Studies, a research unit of the National Centre for Scientific Research (CNRS) based in Villejuif (France). He specializes on Tibetan religion and society, and is the author of Rituels bouddhiques de pouvoir et de violence : La figure du tantriste tibétain [Buddhist rituals of power and violence : The figure of the Tibetan tantrist] (Brepols, 2013). His current work focuses on post-Mao socioreligious transitions in and around the famous communities of non-monastic specialists of tantric Buddhism in northeast Tibet (Amdo), and more generally on the comparative anthropology of Buddhism.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *